MBTI – Origines, fonctions jungiennes et controverses 🔧

Introduction

La comprĂ©hension de la personnalitĂ© humaine a Ă©tĂ© une quĂȘte constante pour les psychologues, les chercheurs et mĂȘme pour le commun des mortels.

Un outil qui a largement contribué à cette exploration est le Myers-Briggs Type Indicator (MBTI), un instrument psychométrique conçu pour mesurer les préférences psychologiques et comment les individus perçoivent le monde et prennent des décisions.

Depuis sa création, le MBTI a trouvé son application dans divers domaines, allant du développement personnel au recrutement et à la gestion des ressources humaines, en passant par le counseling et la thérapie.

Cet article vise à fournir une analyse approfondie du MBTI, en explorant ses origines, sa théorie sous-jacente, ses utilisations variées, et sa validité et fiabilité.

En plongeant dans l’univers du MBTI, j’espĂšre non seulement Ă©largir votre comprĂ©hension de cet outil psychologique fascinant, mais aussi stimuler un dialogue constructif sur son rĂŽle dans notre sociĂ©tĂ© et son potentiel pour l’avenir.

Origines et dĂ©veloppement du MBTI đŸŒ±

Le Myers-Briggs Type Indicator (MBTI), l’un des outils de profilage de personnalitĂ© les plus largement utilisĂ©s aujourd’hui, a des origines intĂ©ressantes et variĂ©es. C’est le rĂ©sultat de dĂ©cennies de recherche et de dĂ©vouement de la part de Katherine Cook Briggs et de sa fille, Isabel Briggs Myers.

Katherine Cook Briggs (1875-1968) Ă©tait une Ă©ducatrice et une Ă©crivaine passionnĂ©e par la comprĂ©hension de la diversitĂ© humaine. Elle s’est d’abord intĂ©ressĂ©e aux diffĂ©rences de personnalitĂ© en observant les comportements variĂ©s de ses proches et de ses amis. Ensuite, son intĂ©rĂȘt a Ă©tĂ© stimulĂ© par la lecture des travaux du cĂ©lĂšbre psychiatre suisse Carl Gustav Jung, en particulier son livre Types psychologiques publiĂ© en 1921. Le livre de Jung prĂ©sentait sa thĂ©orie des types psychologiques basĂ©e sur quatre fonctions fondamentales de la conscience – la pensĂ©e, le sentiment, la sensation et l’intuition – et deux attitudes – l’extraversion et l’introversion.

Katherine a ensuite introduit sa fille, Isabel Briggs Myers (1897-1980), à la psychologie de Jung. Ensemble, elles ont commencé à développer un indicateur pour aider les individus à découvrir leur type psychologique selon la théorie de Jung. Ce fut le début du Myers-Briggs Type Indicator.

Dans les annĂ©es 1940 et 1950, le MBTI a Ă©tĂ© dĂ©veloppĂ© et affinĂ© par des essais sur des milliers de personnes. Isabel Briggs Myers s’est efforcĂ©e de rendre la typologie de Jung accessible Ă  un large public, en ajoutant une quatriĂšme dimension (le jugement et la perception) pour former les seize types de personnalitĂ© distincts que nous connaissons aujourd’hui dans le MBTI.

En 1962, le MBTI a été publié pour la premiÚre fois, fournissant un outil pratique pour évaluer et catégoriser les types de personnalité. Depuis sa création, il a été traduit en de nombreuses langues et utilisé dans une variété de contextes, de la gestion des ressources humaines à la psychothérapie.

MalgrĂ© les critiques et les controverses, le MBTI a continuĂ© Ă  ĂȘtre populaire et largement utilisĂ©. C’est un tĂ©moignage du travail pionnier de Katherine Cook Briggs et Isabel Briggs Myers, dont la passion pour la comprĂ©hension des diffĂ©rences individuelles a donnĂ© naissance Ă  l’un des indicateurs de type de personnalitĂ© les plus influents de notre temps.

Comprendre les dimensions et les types de personnalitĂ© du MBTI đŸ› ïž

Le Myers-Briggs Type Indicator (MBTI) repose sur quatre dimensions principales de la personnalité, chacune représentant un continuum entre deux extrémités opposées.

Ainsi, les individus sont identifiés par leur préférence dans chaque dimension, ce qui se traduit par un type de personnalité à quatre lettres. Les dimensions et les types du MBTI sont les suivants:

  1. Extraversion (E) versus Introversion (I) : Cette dimension concerne la source et la direction de l’Ă©nergie d’un individu. Les extravertis tirent leur Ă©nergie de l’interaction avec les autres et du monde extĂ©rieur, tandis que les introvertis sont plus Ă©nergisĂ©s par des moments de solitude et de rĂ©flexion.
  2. Sensing (S) versus Intuition (N) : Cette dimension fait rĂ©fĂ©rence Ă  la façon dont une personne prĂ©fĂšre recueillir des informations. Les individus Sensing sont axĂ©s sur le prĂ©sent et les dĂ©tails concrets, tandis que ceux qui prĂ©fĂšrent l’intuition sont orientĂ©s vers le futur et les possibilitĂ©s, et prĂ©fĂšrent une approche plus abstraite.
  3. Thinking (T) versus Feeling (F) : Cette dimension dĂ©crit comment les personnes prennent leurs dĂ©cisions. Les individus Thinking basent leurs dĂ©cisions sur la logique et une analyse objective, tandis que ceux qui prĂ©fĂšrent Feeling prennent leurs dĂ©cisions en se concentrant sur les valeurs personnelles et l’impact Ă©motionnel sur les autres.
  4. Judging (J) versus Perceiving (P) : Cette derniĂšre dimension concerne la façon dont une personne prĂ©fĂšre vivre sa vie. Les individus Judging apprĂ©cient l’ordre, la structure et la planification, tandis que ceux qui sont Perceiving sont plus flexibles, spontanĂ©s et prĂ©fĂšrent garder leurs options ouvertes.

En combinant ces quatre dimensions, nous obtenons 16 types de personnalité distincts, chacun identifié par un code à quatre lettres comme INTJ ou ESFP. Ces types ne sont pas des boßtes rigides dans lesquelles nous sommes enfermés, mais plutÎt des indications utiles de nos préférences naturelles.

MBTI introduction
Les différents types de MBTI

Il est important de noter que tous les types sont Ă©gaux en valeur et que chacun a des forces et des faiblesses uniques. La comprĂ©hension de notre propre type de personnalitĂ© peut nous aider Ă  mieux comprendre nos motivations, nos prĂ©fĂ©rences et notre façon de voir le monde. De mĂȘme, elle peut favoriser la tolĂ©rance et l’apprĂ©ciation de ceux qui sont diffĂ©rents de nous.

Est ce qu’on peut changer de MBTI ?đŸ€Ż

-La réponse est non !

-Oui mais pourtant j’ai fait plusieurs fois le test sur 16 personalities et j’ai eu des rĂ©sultats diffĂ©rents, donc ca veut dire qu’on peut Ă©voluer.

La réponse est toujours non ! En effet, le modÚle est basé sur la juxtaposition des fonctions jungiennes (primaire, auxiliaire, tertiaire, inférieure) à différents stades de vie (enfance, adolescence, jeune adulte, mi-vie).

En l’espĂšce, un changement de profil en cours de vie inclurait un changement rĂ©troactif de fonction, ce qui n’a aucun sens.

Les fonctions jungiennes et le MBTI 🔍

Les fonctions jungiennes, sur lesquelles le MBTI est en partie basé, sont au nombre de huit et se déclinent en fonction de la maniÚre dont une personne perçoit et juge le monde. Chaque type de personnalité MBTI utilise ces fonctions de maniÚre différente, avec une fonction primaire (ou dominante), une fonction auxiliaire, une fonction tertiaire et une fonction inférieure.

Voici une brĂšve explication de ces fonctions et de leur ordre :

  1. Fonction Primaire (ou Dominante) : C’est la fonction la plus naturelle et dominante d’un individu. C’est la maniĂšre principale par laquelle une personne interagit et comprend le monde. Elle est gĂ©nĂ©ralement bien dĂ©veloppĂ©e Ă  la fin de l’enfance. En tant qu‘INTJ, j’ai de l’intuition introvertie et quand je revois les vidĂ©os de quand j’Ă©tais petit c’est vrai que j’ai l’air d’un petit autiste perdu dans sa tĂȘte.
  2. Fonction Auxiliaire : Cette fonction soutient et complĂšte la fonction dominante. Bien qu’elle soit moins prĂ©dominante que la fonction primaire, elle joue un rĂŽle essentiel dans la façon dont une personne interagit avec le monde. Elle est souvent visible pour les autres et peut ĂȘtre utilisĂ©e pour prendre des dĂ©cisions qui ne sont pas prises par la fonction dominante. Elle intervient Ă  l’adolescence.
  3. Fonction Tertiaire : Cette fonction est moins dĂ©veloppĂ©e que les deux premiĂšres, mais elle peut encore ĂȘtre utilisĂ©e efficacement si besoin est. Avec le temps et la pratique, cette fonction peut devenir plus forte et plus intĂ©grĂ©e dans la façon dont une personne fonctionne au quotidien. Elle se dĂ©veloppe au dĂ©but de l’Ăąge adulte et commence Ă  ĂȘtre bien maitrisĂ©e vers 30 ans.
  4. Fonction InfĂ©rieure : C’est la fonction la moins dĂ©veloppĂ©e et la moins consciente. Aussi, elle peut souvent ĂȘtre source de comportements et de rĂ©actions inattendus, surtout sous le stress ou la fatigue. Cependant, en vieillissant, une personne peut apprendre Ă  reconnaĂźtre et Ă  utiliser cette fonction de maniĂšre plus positive. Elle commence Ă  ĂȘtre maitrisĂ©e Ă  mi- vie soit, vers 40 ans.

Quelles sont exactement les fonctions jungiennes ?📏

Les huit fonctions jungiennes sont les suivantes :

  1. Extraverti Pensée (Te)
    • Description : Les personnes qui utilisent Te sont axĂ©es sur la logique, l’efficacitĂ© et l’objectivitĂ©. Elles prennent des dĂ©cisions basĂ©es sur des faits concrets et des normes extĂ©rieures. Elles sont organisĂ©es, planifient et aiment la structure.
    • Exemple : Organiser un projet en dĂ©finissant des Ă©tapes claires et en dĂ©lĂ©guant des tĂąches pour garantir son succĂšs.
  2. Introverti Pensée (Ti)
    • Description : Ti analyse et catĂ©gorise l’information pour comprendre comment les choses fonctionnent. Il recherche la prĂ©cision et aime rĂ©soudre des problĂšmes. Il est plus axĂ© sur la comprĂ©hension interne que sur l’application externe.
    • Exemple : Analyser en profondeur un concept ou une idĂ©e pour en comprendre les fondements.
  3. Extraverti Sentiment (Fe)
    • Description : Fe est axĂ© sur la connexion avec les autres. Il prend des dĂ©cisions basĂ©es sur l’harmonie du groupe, la moralitĂ© collective et la coopĂ©ration. Il est attentif aux besoins et aux sentiments des autres.
    • Exemple : Organiser une fĂȘte surprise pour un ami, en prenant en compte les prĂ©fĂ©rences de chaque invitĂ©.
  4. Introverti Sentiment (Fi)
    • Description : Fi est guidĂ© par un ensemble interne de valeurs, d’Ă©motions et de convictions. Il cherche l’authenticitĂ© et prend des dĂ©cisions basĂ©es sur ce qui est important pour lui sur le plan personnel.
    • Exemple : Choisir de suivre une voie professionnelle qui est en accord avec ses valeurs personnelles.
  5. Extraverti Sensation (Se)
    • Description : Se est centrĂ© sur l’expĂ©rience immĂ©diate et le moment prĂ©sent. Il est attentif aux dĂ©tails et rĂ©actif aux stimuli extĂ©rieurs. Il cherche l’action et l’expĂ©rience.
    • Exemple : Profiter d’un sport extrĂȘme ou d’une expĂ©rience immersive pour ressentir l’adrĂ©naline.
  6. Introverti Sensation (Si)
    • Description : Si se fie aux expĂ©riences passĂ©es et Ă  la mĂ©moire. Il est dĂ©taillĂ© et mĂ©thodique, avec une forte capacitĂ© Ă  relier le prĂ©sent au passĂ©. Il recherche la stabilitĂ© et la tradition.
    • Exemple : Se remĂ©morer et partager une tradition familiale lors d’une rĂ©union de famille.
  7. Extraverti Intuition (Ne)
    • Description : Ne voit les possibilitĂ©s, les liens et les connexions entre les idĂ©es. Il est crĂ©atif, adaptable et aime explorer de nouvelles idĂ©es.
    • Exemple : Brainstorming pour un projet, en Ă©tablissant des liens entre des idĂ©es apparemment non liĂ©es.
  8. Introverti Intuition (Ni)
    • Description : Ni a une vision interne et se concentre sur les perceptions futures, les visions et les impressions. Il est axĂ© sur les perspectives Ă  long terme et les motifs sous-jacents.
    • Exemple : PrĂ©voir une tendance future sur la base d’une intuition ou d’une comprĂ©hension profonde d’une situation actuelle.

Exemple

Chaque type de personnalité MBTI a un ordre spécifique pour ces fonctions. Par exemple, un INTJ aurait :

  • Primaire: Introverti Intuition (Ni)
  • Auxiliaire: Extraverti PensĂ©e (Te)
  • Tertiaire: Introverti Sentiment (Fi)
  • InfĂ©rieure: Extraverti Sensation (Se)

Comprendre cet ordre de fonctions peut aider Ă  comprendre comment une personne perçoit, pense et ressent par rapport au monde qui l’entoure.

Application du MBTI🔼

Les utilisations du MBTI sont vastes et variĂ©es, et elles s’Ă©tendent bien au-delĂ  de la simple curiositĂ© personnelle. Voici quelques-uns des domaines oĂč le MBTI trouve son application :

  1. DĂ©veloppement Personnel : Le MBTI peut aider les individus Ă  mieux se comprendre, Ă  identifier leurs forces et Ă  reconnaĂźtre les domaines potentiels d’amĂ©lioration. C’est un outil prĂ©cieux pour explorer diffĂ©rents aspects de sa personnalitĂ© et pour comprendre comment ses prĂ©fĂ©rences individuelles influencent ses perceptions, ses motivations et ses comportements.
  2. Coaching et DĂ©veloppement de CarriĂšre : Les coaches et les conseillers en orientation utilisent souvent le MBTI pour aider leurs clients Ă  explorer leurs intĂ©rĂȘts de carriĂšre et Ă  identifier les environnements professionnels qui pourraient ĂȘtre les plus compatibles avec leur type de personnalitĂ©.
  3. Travail d’Ă©quipe et Leadership : En entreprise, le MBTI est un outil prĂ©cieux pour la formation d’Ă©quipes, le dĂ©veloppement du leadership et la rĂ©solution de conflits. Il peut aider Ă  crĂ©er une meilleure comprĂ©hension et une plus grande apprĂ©ciation des diffĂ©rences de personnalitĂ©, ce qui peut amĂ©liorer la communication, la collaboration et l’efficacitĂ© de l’Ă©quipe.
  4. Relations : Le MBTI peut également aider à améliorer les relations personnelles. Comprendre les différences de personnalité peut aider à améliorer la communication, à résoudre les conflits et à construire des relations plus fortes et plus satisfaisantes.
  5. Éducation : De nombreux Ă©ducateurs utilisent le MBTI pour aider les Ă©lĂšves Ă  comprendre leur style d’apprentissage prĂ©fĂ©rĂ© et Ă  dĂ©velopper des stratĂ©gies d’Ă©tude plus efficaces.

Cependant, malgrĂ© ses nombreuses applications, il est important de se rappeler que le MBTI ne devrait jamais ĂȘtre utilisĂ© pour prĂ©dire le comportement, juger la compĂ©tence, ou limiter les opportunitĂ©s d’un individu. Comme Carl Jung lui-mĂȘme l’a dit, « Les gens sont davantage que leur typologie. »

Critiques et Controverses du MBTI ❌💭

Alors que le MBTI a connu un large succĂšs en tant qu’outil d’Ă©valuation de la personnalitĂ©, il a Ă©galement fait l’objet de critiques et de controverses parmi les chercheurs et les professionnels de la psychologie. Ces critiques se concentrent principalement sur deux aspects : la validitĂ© et la fiabilitĂ© de l’outil.

  1. ValiditĂ© du MBTI : Certains chercheurs soulignent que le MBTI ne correspond pas toujours aux modĂšles modernes de la personnalitĂ© qui se basent sur la thĂ©orie des Big Five. De plus, ils mettent en doute l’idĂ©e de types de personnalitĂ© distincts et suggĂšrent plutĂŽt que la personnalitĂ© se prĂ©sente sous forme de continus ou de spectres.
  2. FiabilitĂ© du MBTI : Il a Ă©galement Ă©tĂ© notĂ© que les rĂ©sultats du MBTI peuvent varier pour une mĂȘme personne Ă  diffĂ©rents moments. Ce manque de stabilitĂ© temporelle met en question la fiabilitĂ© du MBTI en tant qu’outil d’Ă©valuation.
  3. Utilisation InappropriĂ©e du MBTI : Une autre prĂ©occupation rĂ©side dans l’utilisation inappropriĂ©e du MBTI, notamment lorsqu’il est utilisĂ© pour prĂ©dire la performance au travail, pour sĂ©lectionner des candidats Ă  l’embauche, ou pour classer les gens de maniĂšre rigide dans des catĂ©gories.

MalgrĂ© ces critiques, le MBTI continue d’ĂȘtre largement utilisĂ© et apprĂ©ciĂ© pour sa facilitĂ© d’utilisation, son accessibilitĂ©, et sa capacitĂ© Ă  encourager l’introspection et la discussion sur les diffĂ©rences individuelles.

L’avenir du MBTI et les dĂ©veloppements rĂ©cents 🚀

L’avenir du MBTI est prometteur, malgrĂ© les critiques et les controverses qu’il a suscitĂ©es. De nombreux praticiens et chercheurs voient encore de la valeur dans cet outil pour son utilisation dans divers contextes.

  1. Le MBTI dans le Coaching et le Développement Personnel : Le MBTI est largement utilisé dans le coaching de vie et le développement personnel. Il aide les individus à mieux se comprendre et à comprendre les autres, ce qui peut mener à une meilleure communication et à des relations interpersonnelles plus saines.
  2. Le MBTI dans les Entreprises et les Organisations : Les organisations continuent d’utiliser le MBTI pour le dĂ©veloppement de l’Ă©quipe et le leadership. Il est Ă©galement utilisĂ© pour la rĂ©solution de conflits et l’amĂ©lioration de la dynamique d’Ă©quipe.
  3. Les nouvelles versions du MBTI : Les versions rĂ©centes du MBTI, comme le MBTI Step II, tentent de rĂ©pondre Ă  certaines des critiques en proposant des sous-Ă©chelles qui reconnaissent la variabilitĂ© au sein des types de personnalitĂ©. Ces dĂ©veloppements rĂ©cents visent Ă  amĂ©liorer la prĂ©cision et la flexibilitĂ© de l’outil.
  4. Le MBTI et la recherche future : La recherche continue sur le MBTI se concentre sur l’amĂ©lioration de sa validitĂ© et de sa fiabilitĂ©, et sur l’exploration de son utilisation dans de nouveaux contextes, tels que la santĂ© mentale et le bien-ĂȘtre psychologique.

Conclusion

En conclusion, le MBTI, malgré ses défis et ses critiques, reste un outil précieux dans le domaine de la psychologie de la personnalité.

Il est crucial de souligner que le MBTI, comme tout outil psychomĂ©trique, doit ĂȘtre utilisĂ© de maniĂšre Ă©thique et responsable. Il doit ĂȘtre considĂ©rĂ© comme un guide pour comprendre la personnalitĂ© et non comme une dĂ©finition absolue de l’identitĂ© d’une personne.

Il est Ă©galement important de noter que le MBTI n’est pas destinĂ© Ă  Ă©valuer la santĂ© mentale ou Ă  servir de critĂšre de sĂ©lection pour l’emploi. Son but est de promouvoir la comprĂ©hension et l’acceptation de soi et des autres, pas de stigmatiser ou d’exclure.

En conclusion, le MBTI demeure un outil prĂ©cieux pour Ă©clairer les nuances de la personnalitĂ© humaine. Il offre un langage pour articuler et comprendre nos diffĂ©rences, ce qui peut favoriser une meilleure communication, de meilleures relations et une plus grande empathie envers les autres. Comme Carl Jung l’a Ă©crit, « Ce qui nous fait nous comprendre, c’est la clartĂ© de notre perception, pas ce que nous croyons ĂȘtre vrai.«